Accueil / Médecine chinoise / Le Shiatsu, l’art d’un massage thérapeutique

Le Shiatsu, l’art d’un massage thérapeutique

Le shiatsu se pratique au sol, sur un futon, le receveur reste habillé.

Le shiatsu est un art manuel thérapeutique qui consiste à effectuer des pressions sur des points précis du corps afin de rétablir un bon équilibre énergétique. En japonais, Shiatsu signifie : « pression des doigts », mais d’autres parties du corps peuvent être utilisées, comme les coudes ou les avant-bras.

Pratiqué en Asie depuis plus de 2000 ans, le shiatsu se base sur les principes fondamentaux de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Il s’agit d’une approche holistique, la problématique de la personne étant considérée dans sa globalité, corps, âme et esprit.

Le shiatsu, comment ça fonctionne ?

Le shiatsu se pratique au sol, sur un futon. Le receveur reste habillé pendant toute la séance. En suivant un rythme calme et régulier, le praticien va effectuer des pressions sur des points précis du corps, qui correspondent à des points d’acupuncture (carrefours d’énergie) ou à des trajets de méridiens (chemins d’énergie).

Les pressions peuvent être plus ou moins appuyées en fonction de l’état de la personne et de l’effet recherché. Elles se réalisent avec les paumes, les doigts, les avant-bras, les coudes ou encore les genoux. D’autres gestes peuvent être pratiqués : des étirements et des mobilisations articulaires.

Toutes ces interventions sur le corps visent à libérer les tensions musculaires, à assouplir les articulations et à lever les blocages énergétiques.

Les différents styles de Shiatsu

Il existe de nombreux courants différents de shiatsu. Des grands maîtres japonais mais aussi occidentaux, ont développé leur propre vision et pratique du shiatsu qui sont enseignées dans  leurs écoles respectives. Certains shiatsu sont plus spécifiquement emprunts des fondamentaux de la médecine chinoise, d’autres influencés par la chiropraxie, d’autres encore par une approche psycho-somatique des troubles et douleurs.

Nous pouvons distinguer trois grands types de Shiatsu :

Les Shiatsu énergétique :

Il est principalement axé sur la circulation du Qi (énergie vitale) dans les méridiens, la circulation harmonieuse entrainant un bon état de santé. Au sein de même de ce Shiatsu des méridiens, nous retrouvons différentes approches, certains praticiens se basant sur les méridiens tels qu’ils sont décrits dans les textes traditionnels de médecine chinoise et d’autres sur les tracés de méridiens propres au maître Masunaga senseï.

Shiatsu Structurel :

C’est une approche centrée sur l’anatomie, qui se base sur l’observation de la posture et des mouvements  du corps. On y retrouve des mobilisations proches de la chiropraxie.

Le Shiatsu thérapeutique :

S’inscrivant vraiment dans le cadre de la médecine Traditionnelle Chinoise, ce type de Shiatsu a vraiment pour objectif de déceler les déséquilibres à l’origine des troubles et maladies et d’intervenir pour rétablir un état équilibré de santé.

Le praticien peut être amené à effectuer des manipulations issues de la chiropraxie.

Quels sont les bienfaits du Shiatsu ?

Le shiatsu s’inscrit dans les techniques de soin préventives et complémentaires. Il contribue à :

  • Rétablir l’équilibre énergétique du corps et favoriser une bonne circulation
  • Renforcer les capacités d’auto-régulation de l’organisme
  • Diminuer le stress et les tensions psychiques
  • Détendre les muscles
  • Assouplir les articulations

D’où vient le Shiatsu ?

Avec le Tuina, le massage thaï ou ayurvédique, le  Shiatsu s’inscrit dans les pratiques manuelles de santé trouvant leurs racines profondes dans  l’Inde ancienne et s’étant développées en Chine au cours des derniers millénaires. Mais la technique précise du Shiatsu a été décrite et circonscrite plus récemment au Japon.

Les japonais ont adopté la médecine chinoise dans les années 700, ils utilisaient donc déjà le Tuina, la technique de massage issue de la médecine chinoise. Au fur et à mesure, ils ont développé une approche spécifique se focalisant sur les pressions de points d’acupuncture.

Les premiers protocoles de pressions, encore utilisés dans le Shiatsu actuel, ont été compilés  en 1827 dans le livre de Shinsaï Ota, intitulé « Ampuku Zukai ». Un siècle plus tard, en 1939, c’est Tenpeki Tamai qui à travers son livre « Shiatsu Ryoho » proposa pour la première fois le mot Shiatsu pour décrire cette technique particulière.

Puis Tokujiro Namikoshi œuvra à son institutionnalisation, amenant le premier protocole de Shiatsu en clinique en 1925 puis montant la première école de formation en 1940.

Au Japon, une médecine reconnue

Au Japon, le Shiatsu est très largement utilisé à des fins thérapeutiques, Il est enseigné à la Faculté de médecine (3000 heures de formation) et il est perçu comme la « seconde médecine ». Les soins sont prodigués dans les cliniques et dans les centres de bains.

En 1955, le Ministère de la santé du japon, a reconnu  le shiatsu comme médecine à part entière. Il le définit comme :

« Une forme de manipulation qui utilise les pouces et les paumes des mains, sans aucun instrument mécanique ou autre, qui applique une pression sur la peau humaine, pour corriger le mauvais fonctionnement interne, favoriser et maintenir la santé et traiter les maladies spécifiques ».

En Europe, une pratique qui se développe

En Occident, de plus en plus de personnes font appel au Shiatsu comme moyen de se détendre, de relâcher les stress et de soulager des douleurs. La pratique est répandue dans toute l’Europe, notamment en Allemagne, Autriche, Grande-Bretagne, Espagne,  France et Italie.  Dans une enquête de Michel Odoul datant de 2006, le nombre de praticiens en Europe était estimé à 6000.

Bien que le shiatsu ne soit pas encore reconnu, une résolution du Parlement Européen votée le 29 mai 1997 le caractérisait comme une  » médecine non conventionnelle digne d’intérêt « .

L’auteur Michel Odoul a contribué à la reconnaissance du shiatsu à travers l’écriture d’ouvrages de référence et la création de l’IFS (l’Institut Français de Shiatsu).

En mars 2018, a eu lieu la troisième édition de la Journée Nationale du Shiatsu et du Do-In. Des praticiens, enseignants et élèves ont organisé des centaines d’évènements dans toute la France.

Le praticien va effectuer des pressions sur les trajets des méridiens.

A qui cette discipline s’adresse-t-elle ?

Tout le monde peut recevoir un soin en shiatsu, des bébés aux séniors. Le shiatsu s’adresse à toute personne soucieuse d’optimiser un état de bonne santé physique, mentale et émotionnelle.

Concernant les contre-indications, un entretien préalable permet au praticien en shiatsu de déterminer quels gestes il va faire et ceux qu’ils ne doit pas faire étant donné l’état du patient. Si vous souffrez d’une pathologie grave, il est donc nécessaire d’en informer votre praticien.

Comment se déroule une séance ?

La séance dure une heure à une  heure et demie, pour un tarif de 50 euros en moyenne. Pour les enfants la séance dure 45 minutes maximum.

Elle se pratique habillée, généralement au sol, sur un futon (matelas fin et ferme) mais parfois aussi sur une chaise de massage, pour les interventions en entreprise par exemple. Elle comprend un temps d’échange verbal.

Quelques conseils avant d’aller recevoir un soin en shiatsu :

  • Venir à jeun ou en ayant mangé léger
  • Porter des vêtements souples et confortables, si possible en fibre naturelle.

Le shiatsu : aussi pour nos amis à 4 pattes !

La discipline s’applique aussi aux animaux, avec notamment une pratique répandue du Shiatsu canin et équin.

Comment trouver son thérapeute ?

Retrouvez une liste de praticiens en shiatsu, shiatsu animalier et formateurs sur le site de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel sur  le site du FFST et de Shiatsu France.

Ces carnets d’adresses répertorient des praticiens sérieux qui ont suivi une formation pratique et théorique en énergétique orientale pendant 3 ans, sont détenteurs de l’Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS) et signataires d’un code de déontologie strict.

Alors, que ce soit pour entretenir votre bien-être ou pour réguler un déséquilibre plus profond, n’hésitez pas à faire appel aux mains expertes d’un praticien en Shiatsu.

A lire aussi :

La médecine chinoise, un art millénaire au service des défis d’aujourd’hui

Témoignage : Stéphane Braye, praticien en shiatsu, reiki, et médecine chinoise

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Lisez aussi

Interview d’Antoine Bekker, formateur en Dien Chan

Avec Antoine Bekker, un thérapeute passionné au parcours atypique, découvrez l’étonnante efficacité ...